Naturisme et Anarchisme

Anarchisme et naturisme au Portugal,
dans les années 1920

Le texte que nous vous proposons ci-dessous est extrait du livre :

«Les anarchistes du Portugal»
de João Freire
traduit par Paula Ribas et Ana Valentin

Publié par les éditions CNT-Région parisienne
janvier 2002.

Le « naturisme » a aussi éveillé une grande sympathie parmi les militants anarchistes, beaucoup d'entre eux étant devenus de fervents pratiquants de l'une de ses modalités. Au plan des doctrines, certains ont essayé de relier les idées de la philosophie sociale (et individuelle) de l'anarchisme aux philosophies naturistes. Manuel Rodrigues, un des naturistes libertaires portugais les plus typiques, écrit en 1924 :
« Le naturisme et l'anarchisme sont des conceptions philosophiques qui se confondent presque et dont la réalisation dans la pratique dépend sans aucun doute du bien-être de l'humanité ».
Il croit effectivement que le combat naturiste précède, en grande partie, la lutte pour la réalisation sociale de l'anarchie.Les pratiques du naturisme furent très variées, mais nous pouvons les classer en trois catégories essentielles :
a) l'alimentation, généralement avec le rejet de l'alimentation carnivore et une préférence pour les régimes alimentaires végétariens ou végétaliens, ou, du moins, essentiellement fondés sur ce genre de produits naturels ;
b) la santé, avec des cures par des méthodes naturelles (soleil, eaux, etc.), la croyance en la supériorité des méthodes de prévention et en l'interdépendance de psychique et du physiologique, avec un rejet des médecines et des pharmacopées officielles ;
c) enfin, l'exercice physique, la gymnastique, qu'ils tendent à opposer au sport, vu uniquement comme compétition et comme transfert des visions militaristes aux périodes sans guerre et à la société civile.

D'autres domaines d'activités de propagande proches du naturisme sont l'anti-tabagisme et surtout l'anti-alcoolisme. Le combat « contre les tavernes » était déjà ancien dans la propagande ouvrière et anarchiste, mais, à partir de 1921, il prend une dimension entièrement nouvelle avec la constitution de l'Association antialcoolique ouvrière. []
Finalement, un dernier domaine d'intervention du naturisme a été la protection des animaux qui, dans le cas présent et avec une répercussion publique certaine, s'est presque résumé au combat contre les spectacles tauromachiques. Des associations syndicales, des organisations naturistes, féministes, éducatives, etc. s'y sont engagées, formant même une Ligue contre les corridas en 1924. Mais la chasse était aussi condamnée ainsi que la situation d'animaux en captivité.
Toute cette activité naturiste a mis les anarchistes actifs dans ces luttes en rapport avec beaucoup de gens tout à fait étrangers au mouvement ouvrier ou même aux centres culturels populaires de quartier, pour ne rien dire des milieux révolutionnaires. L'Association végétarienne du Portugal, qui avait son siège à Porto, et sa revue « O Vegetariano » (1909-1935) ont constitué un véhicule de diffusion de certaines idées libertaires parmi les adeptes du naturisme. Du reste, son président fondateur, le docteur Amílcar de Sousa, sympathisait avec les libertaires et collaborait à leur presse, et le naturiste libertaire Ângelo Jorge fut pendant plusieurs années un des principaux moteurs de cette association. Au sud, à Lisbonne, il s'est passé à peu près la même chose avec la Société naturiste portugaise, animée par des militants comme José Peralta, même à une échelle et une importance incomparablement moindres. Finalement, en matière d'organisation, il faut noter l'existence de quelques groupes libertaires d'affinité fondés sur le naturisme, et la réalisation en 1919 à Lisbonne d'un premier Congrès végétarien de la péninsule, dont le secrétaire fut Luciano Silva et où l'anarchiste Gonçalvez Correia a présenté la motion : « Naturisme et communisme : une alliance sacrée ». [...]

Cet article est illustré avec des images tirées
de l'excellent site de Jordi Riera :
HistoNat
sur l'histoire du naturisme, en Catalogne et ailleurs.

Page créée en 2008

sommaire naturisme et anarchisme